Luis Comas Martínez de Tejada (Barcelone, 1960) a été nommé Vice-Président de SEAT pour les Affaires juridiques et la Gouvernance. Il a pris ses fonctions le 1er avril 2017. Dans ce nouveau rôle, il dirigera les affaires juridiques de l’entreprise, de même que l’entité de la gouvernance, de la gestion des risques et de la conformité (GRC), créée en 2011 pour renforcer le développement des activités commerciales de manière rigoureuse, transparente et honnête. Il conserve ses fonctions de conseiller général de SEAT et du Groupe Volkswagen en Espagne, de même que sa responsabilité en tant que secrétaire et conseiller juridique du conseil d’administration de SEAT.

Le nouveau Vice-Président de SEAT est titulaire d’un diplôme de l’université de Barcelone et de diplômes de troisième cycle de l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles ainsi que de la Faculté de droit de Harvard à Boston. Luis Comas Martínez de Tejada a commencé sa collaboration avec SEAT et Volkswagen en 1994 en tant que conseiller juridique externe et secrétaire du conseil d’administration de l’entreprise. Il s’est ensuite vu confier la responsabilité du Groupe Volkswagen pour les affaires juridiques et commerciales en Espagne et le poste de directeur-secrétaire du conseil d’administration de SEAT S.A., de Volkswagen Audi España S.A. et de Volkswagen Navarra S.A.

Il a reçu ses nouvelles attributions à l’heure où l’entreprise entre dans une phase de consolidation et au cours de l’année de la plus grande offensive produit jamais lancée par la marque.

Auparavant, Luis Comas était associé directeur chez PricewaterhouseCoopers, responsable dans un premier temps de Landwell-PwC Espagne et ensuite associé directeur mondial de PwC Legal. Il a également travaillé pour diverses entreprises de premier plan telles que Hilton International Hotels, ITT Automotive, Interpublic Group of Companies, Gedas Iberia et The Lowe Group.

Sa nomination en tant que Vice-Président des Affaires juridiques et de la Gouvernance coïncide avec la plus grande offensive produit jamais lancée par SEAT et avec l’entrée de l’entreprise dans une phase de consolidation. SEAT a en effet clôturé l’année sur les meilleurs résultats financiers de son histoire, avec un bénéfice d’exploitation record de 143 millions d’euros.